LE NERF TRIJUMEAU

ANATOMIE DU NERF TRIJUMEAU :

Le nerf trijumeau est un nerf mixte, c’est-à-dire, qu’il est sensitif (il véhicule des informations de la périphérie vers le centre) et moteur. En plus, il véhicule des informations neurovégétatives et sensorielles.

  • Sensitif signifie, qu’il véhicule les informations venant de notre perception musculaire, ligamentaire, osseuse, aponévrotique (les grandes lames de tissu séparant nos hémisphères cérébraux - les dures-mères-), nos sinus, …

  • Moteur signifie qu’il envoie les informations de contraction aux muscles moteurs de la manducation, mais aussi à d’autres que nous verrons.

  • Neurovégétatif signifie que les fibres concernées sont destinées à la régulation interne de notre organisme. Par exemple, lorsque nous passons d’une pièce sombre à une pièce éclairée, nous sommes d’abord ébloui, puis une accommodation se fait. Les muscles intrinsèques de l’œil se ferment, l’iris se contracte. Cette régulation est automatique, sans le contrôle de la volonté. il en est de même pour les battements cardiaques, la respiration, la digestion, la transpiration, la régulation hormonale, …

  • Sensoriel signifie ce qui a trait à nos sens, comme le goût, l’odorat, la vue, l’ouïe et le toucher.


Le cours d’anatomie que je fais, destiné aux étudiants en ostéopathie fait une trentaine de pages, il est donc hors de question de le mettre en ligne, cependant il faut comprendre que les nerfs crâniens sont comme les nerfs rachidiens (du dos). De la moelle épinière naissent et arrivent les nerfs. Il existe deux types de voies neurologiques :
  • Les voies sensitives (en vert sur les dessins) qui véhiculent les informations venant de nos muscles, de notre peau, de nos tendons, ligaments, artères et viscères,…

  • Les voies motrices (en rose sur les dessins) allant aux muscles striés (contraction volontaire) et aux muscles lisses (contraction involontaires de nos viscères).


Le nerf trijumeau naît ou arrive du tronc cérébral avec la même analogie. Il présente des noyaux dans lesquels se trouvent les cellules de la sensibilité et des noyaux dans lesquels se trouvent les cellules de la motricité. On remarque sur ce petit schéma que les noyau de la sensibilité sont tellement nombreux, qu’ils sont disposés en colonne. Cette colonne descend très bas, jusqu’au trois premières vertèbres cervicales.


Analogie entre la moelle épinière et le tronc cérébral.




Nous verrons successivement les diverses particularités de ce nerf :

  • Les muscles qu’il innerve,

  • La sensibilité cutanée,

  • Les différentes connexions (anastomoses) entre le nerf trijumeau et les autres nerfs,

  • Les différentes connexions au niveau du tronc cérébral

  • Les différents processus intégratifs centraux (la façon dont le cerveau se sert des informations de ce nerf en fonction de ce qu’il reçoit des autres structures, nerfs et organes)


Nous comprendrons alors toutes les implications consécutives au « syndrome des dents trop serrées ».
Cette approche nous permettra de comprendre la
FIBROMYALGIE D’ORIGINE TRIGÉMINALE.

CE CHAPITRE EST EN COURS DE RÉALISATION
Suite…