OSTÉOPATHIE ET POSTURE

La posture est le résultat des processus mis en œuvre pour être debout, maintenir un équilibre lors de la réalisation d'une tâche et pour se maintenir dans un état stable lorsque les contraintes du milieu extérieur changent.
Ces processus peuvent être neurologiques, mécaniques, ou cognitifs.

Les processus neurologiques :

  • Ils se passent à plusieurs niveaux, par des boucles de contrôle au niveau de la moelle épinière, par des contrôles venant de notre cerveau.


Les processus mécaniques :
  • On ne peut pas être en équilibre sans un contrôle musculaire constant. Les centres de gravité de nos membres ne correspondent pas aux centres articulaires de nos articulations. Si les muscles sont sous la commande des processus neurologiques, il existe des tissus soulageant notre système musculaire. Il serait épuisant de ne tenir debout que par nos muscles. Les patients atteints de myopathie nous montrent à quel point les muscles peuvent être soulagés par d’autres structures tissulaires.

  • Les fascias, ou plus simplement les aponévroses, les cloisons inter-musculaires par leur fonctions de maintien, de cohésion des synergies musculaires, ou de hauban (ce qui tient le mat d'un bateau) diminuent fortement les efforts musculaires.


Les processus cognitifs :
  • On met sous ce terme les fonctions neurologiques supérieures telles que l'intelligence, la réflexion, la mémoire, la perception et l'intégration de notre environnement,…

  • En quoi savoir calculer 2 + 2 a un rapport avec la façon de se tenir debout et réciproquement ?

  • C'est si simple que c'est là où tout se complique. Les zones au niveau de notre cerveau qui perçoivent notre posture sont aussi utilisées par celles qui nous servent à calculer !!!


Si on admet qu'en se tenant "mal", on surcharge mécaniquement nos articulations, on comprend qu'un traitement mécanique puisse avoir un effet sur nos douleurs. Seulement, si l'on considère, qu'il n'existe pas de mauvaise posture, car elle est le reflet des trois processus précités, alors n'agir que sur le mécanique est incomplet et explique les récidives dans les traitements.

L'ostéopathie peut être un apport significatif pour le patient :
  • Au niveau neurologique, par le travail :

  • sur les arcs réflexes de la moelle épinière,

  • sur les centres corticaux par le travail sur les différentes entrées sensorielles nous stabilisant dans l'espace (l'œil, les dents, le vestibule, les pieds, le cou, la peau,…),

  • Au niveau mécanique, par un travail de relâchement des fascias, ou de réveil des fonctions musculaires peu utilisées,

  • Au niveau cognitif, par l'explication de l'intrication des systèmes, par les perceptions des difficultés d'apprentissage (dyslexie) et la mise en lien avec le système corporel ou encore, les difficultés émotionnelles et leurs répercussions somatique.


L'homme neuronal n'a pas fini de nous étonner, l'ostéopathie non plus !!!

Dans ces pages, nous verrons plusieurs aspects de la posture, au travers de la collaboration entre ostéopathes et les divers intervenants :
  • Orthoptistes,

  • Orthodontistes ou orthopédistes dento-facial (ODF)

  • Dentistes, (pages non faites)

  • Podologues, posturologues,(pages non faites)

  • Masseurs-kinésithérapeutes,(pages non faites)

  • Psychomotriciens.(pages non faites)


Orthodontie, Orthoptie, Syndrome occlusal, accueil