Nous modelons l’environnement


2. Nous construisons l’environnement par rapport à ce que nous sommes :

Si l’environnement nous modèle, nous construit, en dehors d’un programme génétique déterminé (c’est à dire en dehors de toute pensée fataliste ou déterministe), nous dégageons des règles, des croyances ou encore des schémas. Et ce sont eux qui a leur tour orientent notre perception de l’environnement. Philippot (Philippot 2002, 2007) et (Heenen-Wolff 2007) donnent des exemples assez précis sur la formation de ces schémas. Imaginons une maman donnant le sein à son nourrisson. La maman est détendue, joyeuse, contente. Elle donne le sein avec une bonne position, la tête de l’enfant est correctement soutenue… Un premier schéma se construit pour l’enfant. Lorsque j’ai des besoins (celui de manger), l’environnement est sécurisant, portant et serein. Imaginons une autre maman, doutant de ses capacités à être maman, portant son enfant la tête non soutenue, avec une tension dans ses bras,… le schéma développé par l’enfant pourra être alors différent. Lorsque j’ai des besoins fondamentaux, je peux les obtenir, mais avec un certain conflit, un éloignement affectif (la maman dans ses pensées), manque de sécurité…

Lorsque nous grandissons, nous nous comportons en fonction de ce que nous imaginons de cet environnement. Si ces premiers instants de relations sociale (maternage de la maman) on été quelque peu difficiles, on peut imaginer que le patient adulte oriente ses relations sociale de manière à ce qu’elle restent difficiles. Le retour de l’environnement renforce alors le patient dans sa croyance selon laquelle la relation sociale est difficile. Bien sûr cet exemple est une caricature car c’est sans compter toute la vie qui s’est écoulée entre ces premiers instant de maternage et le stade adulte. Bien des événements (et heureusement) peuvent être réparateurs, cependant, si rien ne vient contrer ces schémas, alors il en restera quelque chose et l’environnement sera tel que nous imaginons qu’il est !!.

Page en cours de réalisation…

Pour être informé de sa publication merci de me laisser un mail, dans la rubrique me joindre

Page suivante ->



  • Heenen-Wolff S, Philippot P, Van Broeck N. (2007/2). Dialogue entre courant sur la notion d’”inconscient”. Cahier de psychologie clinique;29:37-50.

  • Philippot P, Douilliez C, Baeyens C, Francart B, Nef F. (2002/2). Le travail des émotions en thérapie comportementale et cognitive, vers une psychothérapie expérentielle. Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux;29:87-122.

  • Philippot P. (2007). Émotion et psychothérapie. Psy. Édition Mardaga.